Avoir un jardin, la chance? Sûrement pas!

Par ces temps de confinement, on l’entend souvent « pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, évidemment, c’est plus facile« …
Comme je comprends cela, moi qui ai presque toujours vécu la campagne!
Seulement voilà: avoir un jardin, c’est tout sauf « la chance! ». C’est un choix, tout simplement.

La chance, vous voulez dire le hasard?

On peut avoir de la chance au jeu, mais en dehors de ça, je ne crois pas trop au hasard. Or, la chance, c’est seulement un hasard qu’on trouve agréable, n’est-ce pas?
Mais dites-moi, en quoi serait-ce un hasard, même heureux, d’avoir un jardin?

Qui n’aimerait pas rêver aux mystères que recèlent ces jardins clos aux végétations folles?

Un choix complet

Ça n’est pas un hasard. C’est seulement un choix… et c’est mieux! Un choix qui a été fait à un moment donné, en y mettant les moyens:
Avoir un jardin, ça coûte un peu plus, à l’achat ou la location, un petit peu plus de taxe foncière, un petit peu plus de frais de matériel et d’entretien…
Avoir un jardin, ça coûte un peu plus en kilomètres… plus loin du travail, plus loin de la famille, plus loin des magasins et des théâtres, des cinémas et des restaus, de la Poste et de la boulangerie.
Avoir un jardin, c’est essuyer la pluie d’en haut, et la boue sur les chaussures, marcher dans des flaques, entendre le vent rugir, risquer les coupures d’eau ou d’électricité, car avoir un jardin, c’est toute l’année, pour le meilleur et pour le pire…
C’est aussi des heures de taille, de coupe, de tonte, de plantation, de palissage, de désherbage, des échardes dans les doigts, des griffures plein les bras…

Tous les choix sont bons!

Avoir un jardin, ou préférer être en plein centre ville pour se nourrir de toute cette vie humaine, se sentir entouré, avoir tout à portée de la main, « tout faire à pieds » sans voiture ? Tout a du sens! Et il n’y a pas de hiérarchie des choix!

Vivre en ville, choix heureux ou contrainte?

« Comment! Vous allez habiter dans ce trou paumé? Mais vous êtes loin de tout là-bas… »

Ceux qui ont dit cela n’auraient voulu pour rien au monde habiter au plus proche de la Nature, car ce n’était pas leur critère de choix à ce moment-là, tout simplement. Et tous les choix sont respectables, car ils NOUS ressemblent au moment où nous choisissons.

La Vie rayonne dans la Nature

Ce qui compte,
c’est
quel sens nous donnons
à ce que nous vivons.

Redonner du sens à notre vie?

PLUS QUE JAMAIS, en cette période de confinement lié au Covid-19, nos choix sont déterminants. Et qui dit choix dit que c’est à la portée de tout le monde! (Pour mémoire, lorsqu’on dit « non, je n’ai pas le choix », c’est parce que nous avons déjà donné la priorité à un autre critère,avant celui qui nous fait plaisir, ce qui est un choix en soi.) Choisir, ça s’apprend !
Je suis heureuse de penser que cette période si impensable, qui renouvelle notre vision du monde et de la société, et nous pousse, un peu brutalement il est vrai, à des choix de vie, d’occupation, de consommation, totalement différents, – que cette période soit aussi l’occasion de se recentrer davantage sur nos valeurs et les véritables choix qui comptent pour chacun de nous.

Créer sa propre chance ©pixabay.com

Ainsi, la valeur de nos choix, -l’importance de notre implication à choisir ce que nous voulons vraiment-, peut devenir une priorité : ce sera sans doute la plus belle conséquence de ce printemps hors du temps, cette expérience unique à l’échelle de la planète toute entière!

His-To-Rique! Pas moins…

Oui, cette année 2020 est et sera Historique, et vous y participez, chacun à votre façon. C’est assez incroyable: QUI aurait cru possible qu’en plein début du XXIéme siècle, la campagne soit rendue au silence qui était le sien au courant du XIXéme? Oui, c’est un bonheur d’entendre les oiseaux chanter du matin au soir, sans le ronflement de l’autoroute en fond sonore. Ce n’est pas une chance, mais c’est un profond bonheur: se sentir immergé dans la Nature et la vraie VIE dont elle est un modèle fiable trop souvent oublié…

Je souhaite à chacun de vous, je nous souhaite à tous, que cette période soit propice à revisiter nos choix intérieurs, nos choix de vie et de pensée, nos choix humains et spirituels, nos priorités. Ainsi cette période agitée deviendra le nouveau premier pas d’une société nouvelle où nous serons tous acteurs responsables. Et ça non plus, ce ne sera pas une chance.

Mais ce sera un bonheur.

Claire BUREL www.claireburel.com avril 2020

Si vous désirez partager cet article, n’oubliez pas d’en citer la provenance. MERCI!

0 Comments
Previous Post
Next Post